Démocratisation du télétravail : quelles conséquences pour les cadres dirigeants ?

22 juillet 2021

Les années 2020 et 2021 ont été marquées par une crise sanitaire sans précédent, entrainant plusieurs confinements successifs, et le bouleversement des modes de travail. Les entreprises ont dû se réorganiser, afin d’assurer la continuité de leur activité, tout en respectant les nouvelles normes gouvernementales. Dans ce contexte, le télétravail, autrefois dévoyé dans nombres d’entités, est devenu la norme. Entre bons résultats et problématiques inédites, ce nouveau mode de travail suscite son lot de polémiques. Alors, quelles sont les répercussions, positives ou négatives, du télétravail lorsque l’on parle de management ? Comment tirer le meilleur de cette situation, en minimisant les effets les plus néfastes ? Honoré Associates décrypte pour vous les conséquences de la démocratisation du télétravail pour les cadres dirigeants.

 

Du fait de la crise sanitaire, l’ensemble des entreprises se sont vues contraintes d’instaurer un système de télétravail dans leur entreprise, malgré un grand nombre de dirigeants français historiquement réticents à ce mode de fonctionnement.

En effet et selon l’IFOP, si en 2019, seuls 30% des cadres du privé pratiquaient le télétravail, en mai 2020, près de 80% d’entre eux y avaient recours de manière hebdomadaire et 53% télétravaillaient à temps plein. Cette soudaine adoption massive du télétravail a non seulement bouleversé le quotidien et les habitudes de travail des cadres dirigeants, mais a également profondément modifié le rapport au travail de ces derniers. Découvrons ensemble les différents impacts du télétravail sur le quotidien des cadres dirigeants.

 

Les conséquences de la démocratisation du télétravail pour les cadres dirigeants

 

Le télétravail et les nombreux avantages qu’il représente pour les cadres dirigeants

 

Le télétravail, ou comment minimiser le parasitage

 

Les salariés en général, qu’ils travaillent dans un bureau fermé ou en open space, sont souvent sollicités à intervalles réguliers par leurs pairs au cours d’une journée lambda. Pour un cadre dirigeant, ce genre de requêtes est démultiplié : des interruptions constantes pouvant nuire à la concentration, mais aussi à la productivité.

En télétravail, ces sollicitations se font exclusivement par mail ou par téléphone ; il est donc plus aisé pour une personne à un poste à responsabilités de trier et prioriser les différentes requêtes. Par ailleurs, une étude menée par Cadreemploi en 2020 démontre que 58% des cadres déclarent être davantage concentrés en télétravail, que lors d’une journée passée au bureau. Plus éloquent encore, 54% constatent qu’ils sont plus efficaces en télétravail qu’en entreprise ! Bien évidemment et pour que cela fonctionne, un environnement de travail calme à domicile est indispensable.

 

Lorsque temps de trajet ne rime pas avec productivité

 

Ce n’est un secret pour personne, les cadres et particulièrement les cadres dirigeants, travaillent sur des volumes horaires particulièrement importants. Or, le fait de supprimer les déplacements entre le lieu de travail et le domicile représente une économie de temps non négligeable. En prenant en compte le fait qu’en France, le temps de trajet moyen domicile-travail tourne autour de 37 minutes, nous pouvons en conclure que le télétravail économise donc près d’une heure à une majorité de salariés travaillant de chez eux. En somme, cette heure gagnée peut entrainer une fatigue réduite, couplée à une productivité accrue.

 

L’exode urbain, quand le télétravail offre la possibilité de changer de vie

 

Depuis l’avènement du télétravail ces derniers mois, un nouveau phénomène est de plus en plus constaté dans les grandes villes françaises : l’exode urbain. En effet, de plus en plus d’entreprises offrent la possibilité à leurs salariés et cadres dirigeants de travailler en télétravail à plein temps, en prévoyant une présence au bureau occasionnelle. Avec ce nouveau mode de fonctionnement, il est donc possible de travailler n’importe où, sous couvert d’avoir une connexion internet efficace.

 

Pour les cadres dirigeants dont la fonction ne nécessite pas une présence sur le terrain, ce nouveau mode de fonctionnement permet donc de se mettre au vert, tout en privilégiant la qualité de vie, et en oubliant les problématiques urbaines telles que les transports, la pollution, ou encore les grèves.

 

La face cachée du télétravail chez les cadres dirigeants

 

Si le télétravail a des effets bénéfiques et permet la continuité de l’activité pour bon nombre d’entreprises, la réalité est parfois toute autre sur le plan humain. En effet, travailler depuis son domicile peut poser problème, notamment en ce qui concerne la séparation entre la vie professionnelle et personnelle. Ainsi et selon une étude e-works, près de 32% des cadres dirigeants pratiquant le télétravail déclarent rencontrer des difficultés à se déconnecter du travail. Pire encore, ils seraient près de 19% à ne pas prendre un réel temps de pause pour déjeuner !

 

Pour maintenir un équilibre entre vie professionnelle et vie privée, il est donc important pour un cadre dirigeant d’installer son bureau dans un espace clairement séparé du reste du lieu de vie. Il convient également de définir auprès de son entreprise les horaires auxquels il doit être joignable.

 

 

Le management à distance, une nouveauté pour les cadres dirigeants en télétravail

 

Qui dit travail à distance, dit également management à distance. Fondamentalement, ce genre de management est foncièrement différent de celui mis en place en présentiel, au sein de l’entreprise. Les cadres dirigeants doivent donc s’adapter et composer avec la démocratisation du télétravail, afin de manager leurs équipes à distance, de la meilleure manière possible. Or l’exercice n’est pas aisé, lorsque la communication n’est pas la même qu’au bureau : pour maintenir le lien de subordination, une communication intelligente est indispensable. En effet, le management à distance doit s’adapter à chaque profil de l’équipe managée : les bilans peuvent se faire plus réguliers qu’en présentiel, afin de rassurer un maximum les salariés. Pour instaurer un climat de confiance, les cadres dirigeants devront également trouver le juste milieu entre autonomie des équipes, et respect des objectifs fixés. Il s’agit en effet de responsabiliser ses salariés pour préserver leur liberté, tout en s’assurant du bon déroulé de leurs missions, pour l’intérêt de l’entreprise.

 

 

Une cohésion d’équipe plus difficile à instaurer

 

Au-delà du management des équipes à distance, un autre aspect de la culture d’entreprise semble épineux en télétravail : le maintien de la cohésion d’équipe. En effet, nombre de salariés déplorent les problématiques d’isolement, de manque de contact avec les collègues, ou encore de perte de lien social en général, dues à la démocratisation du télétravail.

 

Pour les cadres dirigeants, le défi est donc double : en plus de maintenir la productivité d’une équipe, il s’agit de préserver la cohésion, parfois difficile à maintenir à distance. Pour ce faire, rien ne vaut la visio ! Le contact quel qu’il soit, parfois informel mais toujours transparent, est une des clés pour souder une équipe. Entre teams buildings à distance, réunions d’informations régulières, ou point face caméra quotidien en équipe, les solutions pour préserver ce lien sont nombreuses.

 

 

La démocratisation du télétravail pour les cadres dirigeants, des conséquences durables 

 

Pour conclure, et même si le télétravail reste inaccessible à certains secteurs d’activité, il fait cependant partie intégrante du quotidien de la majeure partie des cadres dirigeants et tend à s’installer durablement en entreprise. Ce mode de travail devient en effet un critère indispensable en entreprise, pour attirer et fidéliser les meilleurs talents. L’enjeu majeur pour les cadres dirigeants est donc de prendre le train du télétravail en marche, que l’on y soit réfractaire ou non. Présentant des avantages et des inconvénients, il nécessite une grande adaptabilité de la part des responsables, dont le management doit être réinventé, pour le bien des salariés, mais aussi pour la pérennité de l’entreprise.

Article rédigé par aucun auteur

Article rédigé par aucun auteur